Tout savoir sur WordPress

Doit-on accepter de reprendre le site WordPress d’un autre prestataire ?

Nos clients changent parfois de prestataire après la mise en ligne de leurs sites : ils sont mécontents de la prestation, trouvent qu’ils ont été mal accompagnés ou bien ils ont juste envie de tester une autre agence ou un autre freelance. Ainsi nous sommes souvent sollicités pour reprendre des sites existants que nous n’avons pas réalisé, ce qui peut être risqué. Alors doit-on accepter de reprendre un site d’un autre prestataire ?

Quels sont les risques ?

Pourquoi est-ce risqué de passer derrière un autre prestataire ?
La réalisation d’un site WordPress requière un ensemble de compétences complémentaires : choisir correctement des plugins, développer en respectant le cœur de WordPress, créer un thème bien structuré …
Il existe ainsi un ensemble de bonnes pratiques qui ne sont pas toujours respectées. Toutes les agences ou tous les freelances ne disposent pas de la même formation ou de la même maîtrise de WordPress, et sont confrontés à leurs limites. Ils finissent par livrer un site un peu bancal, qui passera difficilement les mises à jour suivantes.

Si un site est mal développé, le premier risque est effectivement qu’il soit impossible de faire les mises à jour ce qui entraine un problème majeur de sécurité.
Si le thème est mal construit ou les plugins instables, dès que notre client voudra de nouvelles fonctionnalités, nous aurons l’impression de jouer au Djenga : tiendra…tiendra pas…
Un autre souci pénible est le fameux effet de bord : si vous ne connaissez pas le site, dès que vous interviendrez dessus vous risquerez un effet de bord. Et si le code n’est pas commenté, autant chercher une aiguille dans une meule de foin.

Être transparent avec votre client

Il est primordial d’expliquer quels sont les risques à passer derrière un autre prestataire. Faire comprendre à votre client que, non le problème de vient pas de WordPress, mais de l’utilisation qui en a été fait, est nécessaire.
Il peut être obligatoire de refaire certaines parties, car comme pour une maison un défaut de construction peut faire écrouler tout le site. Et votre client doit le comprendre sinon il n’acceptera pas cette refonte.
Afin de le rassurer et surtout de vous permettre de reprendre le projet dans de bonnes conditions, la meilleure façon est de réaliser un audit.

Réaliser un audit

Si on vous demande de reprendre un projet, le premier réflexe est d’effectuer un audit : une inspection du thème, des plugins utilisés, des développements réalisés, vous indiquera rapidement la qualité du travail. Malheureusement, de nombreux clients vous demandent des devis sans vouloir payer un audit ou exigent que vous vous engagiez sans avoir mis « le nez sous le capot ».
Mon conseil est de toujours refuser de reprendre un projet sans avoir pu regarder avant le code. C’est un risque de perdre un client potentiel, mais s’il ne comprend pas pourquoi vous avez besoin d’inspecter le travail réalisé il ne sera pas un « bon client ».
Une autre technique employée est de facturer au temps passé : quels que soient les jours passés en cas de bugs, vous êtes payés au temps réellement passé. Maintenant, travailler sur un site mal fagoté, c’est l’assurance de travailler dans de mauvaises conditions et de rapidement vous lasser de ne pas pouvoir faire un travail de qualité !

Vous connaissez le prestataire ?

Pensez à demander à votre client le nom du prestataire qui a réalisé le site ou bien regarder les crédits : certaines agences et freelances ont bonne ou mauvaise réputation, cela peut être un bon indice de la qualité du site que vous allez reprendre. Vous pouvez aussi prendre contact avec l’ancien prestataire et envisager une passation en « bonne intelligence ».

Et vous, reprenez-vous des sites réalisés par d’autres prestataires ?

Cet article a été mis à jour il y a 961 jours - Il n'est peut être plus à jour !

Article écrit par Émilie

Dirigeante fondatrice de l’agence WordPress Whodunit, je suis également COO de WP Media,  la startup lyonnaise connue pour ses plugins WP Rocket, et Imagify.

Co-organisatrice du WordCamp Paris et Europe, conférencière, je tente d’être la voix forte de la promotion et de la professionnalisation de WordPress en France avec des projets comme Think WP et WP Next .

5 Commentaires

  1. Je l’ai fait, mais j’essaye maintenant de ne plus le faire à quelques exceptions (quand je connais le prestataire précédent uniquement).

    Surtout quand tu te retrouves avec un WP non mis à jour, avec des plugins dans tous les sens sans justification, avec un thème premium fourre-tout, c’est pas la joie et très rapidement casse-gueule.

  2. Ah bah tiens, reprendre le site d’un autre presta !
    Ca me dit quelque chose Emilie ;)

    A BEAPI, cela passe forcément par un audit, si c’est WP Code compliant on accepte de reprendre.

    Par contre, si c’est pas développé en mode WP, mais que c’est basé sur un framework propre à une agence, ou avec une logique différente de WP (avec des frameworks PHP tiers), on refuse.

    Le plus important quand on accepte un projet, c’est qu’il soit pas en décalage avec les autres projets de l’agence, et ceux pour les équipes de dev, mais également les GDP !

  3. Cela m’est arrivé dernièrement où les mises à jour du noyau n’étaient pas faire depuis la… 3.8 ! Et je ne parle pas des dizaines de plugins. Un vrai foutoir où même la fonction article n’était pas utilisé en tant que tel mais More Fields pour les gérer.
    Résultat: après explications des fortes probabilités d’instabilité, on refait un nouveau site avec le respect de WordPress ;)

  4. A la base, je pense que la question ne se pose pas. Si les entreprises font le choix de WordPress, c’est bien parce qu’elles ne veulent plus être dépendante d’un CMS propriétaire d’une web agency, avec tous les problèmes que cela induisait : mise à jour, maintenance, sécurité…

    On est donc amené, en temps que prestataire spécialisé, à reprendre des sites créés par d’autres avec WordPress. Là Emilie, tu as tout à fait raison de souligner qu’il faut bien faire comprendre au client que cela n’est pas si simple et que plutôt que de faire des mises à jour, il faut parfois procéder à une refonte complète du site. D’où l’intérêt effectivement d’un audit approfondi du site.

    Un autre problème auquel on peut être confronté, c’est de finir un travail commencé par un autre : « Reste que 10% à finir, mon dév. est pari en vacances, allez, hop hop, je suis pressé ».
    Là c’est beaucoup plus risqué et à mon avis à éviter. Il y a un article très intéressant à ce sujet :
    http://andyadams.org/90-projects-and-wordpress/

  5. Bonjour,

    C’est marrant, mais on m’a justement demandé la semaine dernière de terminer la création d’un site sous WordPress que le prestataire initial a visiblement laissé tomber.
    Je me demande vraiment si je vais donner une suite, car je me demande bien pourquoi l’autre prestataire a abandonné et visiblement, le travail qui m’est demandé est vraiment un travail de finition (modifier des couleurs par ci par là, changer une ou deux dispositions …etc… traduction du thème), donc pas très passionnant.
    De plus, je me dis que je vais forcément y passer du temps, rien que pour auditer ce qui a été fait et ce qui doit être fait et je ne suis pas certain que la cliente est prête à investir autant.
    Mais une chose est certaine: je ne m’engagerai pas tant que je n’aurai pas eu accès au capot moteur!

    Cordialement,

    Bruno

6714f3f2ea3443164c888363730cdac4//////////////////////////////