Tout savoir sur WordPress

Pourquoi payer un plugin WordPress alors qu’un gratuit existe ?

Je réalise des sites WordPress depuis plus de 4 ans : j’ai eu donc l’occasion d’utiliser des dizaines et des dizaines de plugins. Au départ, je me concentrais sur les plugins gratuits, qui sont très biens pour la plupart. J’observe leurs notes, la compatibilité avec ma version de WordPress et les dates et délais de mise à jour, qui sont des points permettant de juger rapidement de la bonne qualité d’un plugin …. avec leur adéquation à notre besoin bien sur.
Avec 37 009 plugins disponibles sur WordPress.org pourquoi s’orienter vers des plugins payants ? Pourquoi choisir un plugin payant alors qu’un gratuit existe ?

37 009 plugins WordPress gratuits

A l’heure où j’écris cet article, il y a 37 009 plugins WordPress disponibles gratuitement. Au moment où vous le lirez, il y en aura certainement beaucoup plus. En effet de nombreux développeurs proposent sans cesse leurs plugins pour plusieurs raisons :
– pour le plaisir de voir leur travail utilisé par d’autres développeurs et installé sur des centaines de sites
– être valorisé sur WordPress.org
– pour conserver l’esprit Open Source : je propose un plugin, il est repris et amélioré par un autre, la communauté y gagne donc j’y gagne
– pour valoriser leurs expertises techniques

Avec 25% de sites web utilisant WordPress, 886 875 887 téléchargements de plugins, le nombre de personnes pouvant utiliser un plugin de son invention est gigantesque. Donc forcément, c’est motivant.

La plupart de ces plugins sont très bien, à la fois documentés, suivis, et mis à jour en fonction des nouvelles versions ou bugs rencontrés.
La plupart sont très bien.
Mais pas les 37 009 plugins.

Pourquoi acheter un plugin WordPress ?

Lors d’un sondage réalisé sur le site de mon agence, 61.5% des interrogés déclaraient utiliser des plugins payants. Nous-mêmes utilisons beaucoup de plugins payants et c’est assez évident de savoir pourquoi en réalité, en tout cas en tant qu’agence.
Certains plugins répondent à des besoins complexes, et peuvent parfois être compliqués à comprendre et à mettre en place dans leur version gratuite.

Prenons le cas de la gestion du cache.
Plusieurs options : le plugin gratuit W3 Total Cache ou un plugin payant WP-Rocket.
Pour obtenir une optimisation des temps de chargement, un des développeurs de mon agence a passé beaucoup de temps à comprendre W3 Total Cache, comment il se configurait, les interactions avec d’autres plugins. Utiliser un plugin gratuit a nécessité du temps d’un développeur, donc au final un coût pour notre agence.
Nous avons testé WP-Rocket : installation, prise en main et configuration en quelques minutes grâce aux explications disponibles sur le site et au support qui répond en quelques minutes à toutes nos questions. Et cela pour… 29 euros !
Au final W3 Total Cache, plugin gratuit mais combien d’heures, voir de jours passés pour obtenir un résultat versus WP Rocket, 29 euros, 5 minutes et surtout un vrai support.

Payer pour un plugin WordPress c’est au final :
– gagner du temps
– pouvoir compter sur un support
– obtenir des personnalisations en cas d’incompatibilités par exemple avec d’autres plugins coexistants.
– garantir une meilleure stabilité des évolutions
– et permettre que le développeur, créateur de ce plugin, puisse continuer d’investir dans son produit (meilleur support, add-on) ..

Comment acheter un plugin ?

Il y a plusieurs options car certains plugins sont disponibles sur des places de marché (exemple CodeCanyon) et sont proposés avec un tarif unique par installation. D’autres sont disponibles sur des sites dédiés exemple les extensions WooCommerce ou bien Gravity Form, avec la possibilité d’acquérir des licenses pour un nombre de sites illimités et un tarif annuel.

La plupart des plugins payants ne dépassent pas les 200 euros, à part les ultra-spécialisés ou nichés sur le e-commerce comme des plugins de passerelles de paiement complexes.

Il faut aussi faire attention à ne pas payer trop cher versus la prestation apportée ou la qualité du support.
Par exemple, sur les places de marché observez bien le nombre de commentaires par rapport au nombre d’achats, ainsi que la réactivité du vendeur à répondre aux questions posées. Comme pour les thèmes, c’est un bon signe de la « santé » du plugin vendu.

Au final, un plugin gratuit ne sera pas forcément moins bien qu’un payant, mais si vous payez pour un produit, son vendeur s’engage à votre égard, à notamment son bon fonctionnement donc vous serez plus sûr de votre investissement.
Quand, en tant qu’agence, nous produisons des sites pour nos clients, il doivent durer dans le temps, s’appuyer sur des solutions stables. Cela sera plus forcement le cas avec des plugins crées par des développeurs qui en vivent, plutôt que par des plugins moins entretenus faute de ressources.

Et vous, plutôt plugins payants ou gratuits ?

 

Cet article a été mis à jour il y a 1076 jours - Il n'est peut être plus à jour !

Article écrit par Émilie

Dirigeante fondatrice de l’agence WordPress Whodunit, je suis également COO de WP Media,  la startup lyonnaise connue pour ses plugins WP Rocket, et Imagify.

Co-organisatrice du WordCamp Paris et Europe, conférencière, je tente d’être la voix forte de la promotion et de la professionnalisation de WordPress en France avec des projets comme Think WP et WP Next .

8 Commentaires

  1. Bel article Emilie ! Je te rejoins sur la plupart des points évoqués ici, le payant est en général un gage de sérieux et de qualité, mais ce n’est pas toujours le cas. Il est en effet parfois judicieux d’utiliser un mix de plugins gratuits et payants. Depuis que Codecanyon s’est imposé en tant que plateforme de référence on y trouve de tout et parfois, malgré la surveillance d’Envato, des plugins vraiment pourris. C’est donc au cas par cas qu’il faut les choisir. Ensuite il y a le freemium, comme WooCommerce, ou EDD, où un plugin gratuit est proposé et si on veut plus on débourse quelques dollars. C’est en général le meilleur compromis car les sociétés qui se cachent derrière le freemium on une réelle envie (et un besoin) de proposer un gratuit de qualité afin d’inciter à acheter des add-ons. Ce sont à mon sens les plugins à privilégier.

    • Merci Rémi.
      Effectivement le modèle WooCommerce est pour moi très intéressant avec une base gratuite, et des extensions payantes en fonction de ses besoins. Il bénéficie aussi d’un très bon support, ceci explique surement entre autre leur succès !
      Après, le mode freemium n’est pas forcément le plus simple à mettre en place par les créateurs de plugins car tous ne sont pas susceptibles d’accueillir ces add-ons.
      De mon coté, j’utilise les trois, en fonction de mes besoins et tous sont valables : sur un même site j’ai des plugins gratuits, payants et des freemium auxquels j’ajoute les extensions payantes.

  2. Merci Émilie :-) L’écosystème est gigantesque et attire beaucoup d’apprentis entrepreneurs qui vont proposer des plugins payants. Mais payant ne veut pas dire support de qualité, pérennité dans le temps… Il faut donc avoir la même hygiène avec les plugins payants et les plugins gratuits : notations, retours, références… Le problème étant que contrairement à WordPress.org, ce n’est pas un système organisé par un tiers (à part CodeCanyon bien sûr mais qui ne concerne que les plugins qu’ils distribuent). Donc n’hésitez pas à poser des questions avant l’achat, à comparer et faire attention à pouvoir être rembourser (refund) dans un délai raisonnable.

    Sinon, un article sur comment et pourquoi une entreprise peut contribuer à des plugins WordPress open source ? (Donation, patches, temps dédié…)

    • Sinon, un article sur comment et pourquoi une entreprise peut contribuer à des plugins WordPress open source ? (Donation, patches, temps dédié…)

      Allez @benjamin, tu te proposes pour écrire cet article ?

    • Effectivement, le marché des plugins comme celui des thèmes apparait comme un nouvel Eldorado permettant de monter un business et de « faire fortune ». Tout comme il faut faire attention avant d’acheter sur un site e-commerce, il faut prendre des précautions avant d’acheter des plugins absents des places de marché et aux auteurs inconnus.
      Des recherches préalables sur la société (ou le freelance / auto-entrepreneur) derrière le plugin peuvent, avec les avis clients, permettre d’éviter pas mal d’ennuis.

  3. Merci pour cette réflexion Émilie!

    Personnellement, j’utilise les deux, enfin les trois.. il ne faut pas oublier les plugins freemium que je trouve les plus intéressants puisqu’on trouve en général des gens sérieux derrière qui proposent des add-ons premium venant s’ajouter à la fonction principale (et gratuite) du plugin.

    Concernant les plugins premium, on en retrouve souvent intégrés dans les thèmes premiums. Ce qui nous donne une chance de les utiliser gratuitement.

    Le répertoire officiel des plugins WordPress c’est aussi une mine d’or. On en retrouve des plugins gratuits développés et mis à jours par des gens sérieux. Ce qui est cool c’est qu’à chaque fois que j’ai besoin d’une petite fonctionnalité pour un site je retrouve le plugin qui fait l’affaire. Après il faut bien faire attention à certains critères cités dans votre article avant de télécharger la chose.

  4. Faire l’apologie de WP-Rocket en étant COO de la startup qui le développe, voilà un gage d’impartialité.
    On sait maintenant pourquoi il faut préférer les plugins payants ! :)

    • Hello,
      Quand on passe de nombreuses heures par semaine à donner de son temps gratuitement pour écrire des tutoriels pour la communauté je trouve normal de se faire un peu d’autopromo de temps en temps.
      De plus l’article se montre plutôt objectif. Mais on ne peut pas plaire à tout le monde.

15c647d313f296520ac838054b38665a&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&